L'historique de l'association

Connaissez-vous l’ASPEAM ?

Un constat
Créée en 1990 par des universitaires, des archivistes, des bibliothécaires, des conservateurs de musée et des chercheurs de l’ensemble des Alpes-Maritimes, l’Association partit du constat de la relative rareté alors des archives privées dans les fonds publics et de leur potentielle destruction dans bien des cas (liés aux successions ou autres mutations) ainsi que de leur méconnaissance par les auteurs de monographies et de travaux universitaires. A la suite d’une enquête scientifique menée de 1988 à 1990 par les Archives de la ville de Nice (Sylvie de Galléani) et par le Centre d’Histoire du Droit de l’Université de Nice Sophia-Antipolis (Olivier Vernier) sur les archives des représentants du monde politique sous la Troisième République (parlementaires, conseillers généraux et maires des grandes villes : Nice, Antibes, Cannes, Grasse, Menton,…), l’occurrence s’offrit de fonder, comme en Gironde ou dans le Doubs, une association, structure plus souple que les organismes publics.

Un projet
L’Association de Sauvegarde du Patrimoine Ecrit des Alpes-Maritimes (ASPEAM) s’est donc donnée pour ambition d’inciter les détenteurs potentiels d’archives écrites – à la matérialité, au contenu et aux supports variés (de la facture commerciale ornée à la carte postale, du livre comptable au statut associatif, de la plaque photographique à l’étiquette de parfum, de la carte de membre d’un club à une correspondance de guerre..) – à les faire connaître au monde de la recherche et à terme, selon leur intérêt scientifique apprécié par les professionnels des archives d’envisager avec les dépôts d’archives publics tant départemental que municipaux leur possibilité de conservation finale par des conventions de dépôt respectant les règles de consultation
souhaitées par les parties. Pour faire connaître ces objectifs, la presse locale écrite et audiovisuelle apporta son appréciable contribution. C’est ainsi qu’au fil des années, des dépôts -encore trop limités- furent consentis sur suggestion ou intervention de nos membres tant aux Archives départementales qu’aux archives de la ville d’Antibes ou de Menton souvent lors de nos assemblées générales tenues hors de Nice.

Une équipe se met à l’oeuvre
L’Association dont les statuts ont été déposées à la préfecture des Alpes-Maritimes le 23 avril 1990 et publiés au Journal Officiel le 23 mai suivant a été présidée successivement par Melle Rosine Cleyet-Michaud, directeur des Archives départementales des Alpes-Maritimes, par les professeurs Paul Isoart de la Faculté de Droit de l’Université de Nice Sophia-Antipolis, par Paul Gonnet de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Nice Sophia-Antipolis et Paul-Louis Malaussena de la Faculté de Droit de l’Université de Nice Sophia-Antipolis, conservateur de la Bibliothèque du Chevalier de Cessole à Nice; sous leur action et celle des bureaux représentatifs de la diversité disciplinaire (de l’histoire contemporaine à l’histoire du droit, de l’histoire religieuse à l’ethnologie) et de la richesse géographique des Alpes-Maritimes (de Moulinet à Antibes), elle a œuvré dans plusieurs domaines en organisant périodiquement réunions de chercheurs sur un thème défini et expositions itinérantes de documents prêtés par des détenteurs d’archives privées hôteliers, commerçants, industriels, responsables d’associations sollicités à cette fin. Le recours aux fonds départementaux et municipaux d’archives (Nice, Antibes, Cannes, Grasse, Le Cannet, Tende, Monaco….) mais aussi de bibliothèques (Bibliothèques municipales de Nice, de Grasse, Bibliothèque du Chevalier de Cessole Nice, Bibliothèque du Grand Séminaire de Nice..) et de Musées (Art et Histoire de Nice, Fondation Auguste Escoffier de Villeneuve-Loubet, International de la Parfumerie de Grasse…) a utilement fait la jonction entre archives privées et archives publiques dans un esprit de partenariat grâce à l’obligeance des différents chefs d’établissements.

Premières réalisations : des expositions itinérantes
Les thèmes qui furent successivement abordés tinrent compte de la spécificité historique et culturelle de notre département en tentant d’offrir un espace équilibré aux deux rives du Var: la rive niçoise et la rive grassoise. Le premier thème fut “Hôtellerie dans les Alpes-Maritimes et dans la Principauté de Monaco” auquel succédèrent “Fleurs et fruits des Alpes-Maritimes”, “Sports et sportifs”. La présentation de ces expositions grâce à l’aide matérielle et scientifique des Archives de la ville de Nice (Mme Mireille Massot, Melle Dominique Demangel, M. Sylvain Joseph) put revêtir un aspect itinérant. Le matériel d’exposition fut ainsi prêté à Grasse ou à Antibes, à Saint-Etienne-de-Tinée ou à Cap d’Ail.

Journées d’études et de réflexions
Sans vouloir rivaliser avec les journées d’études annuelles organisés régulièrement et avec talent par le Centre d’Etudes Occitanes de Mouans-Sartoux ou la Société d’Art et d’Histoire du Mentonnais, les journées d’Etudes de l’ASPEAM ont réuni chercheurs professionnels et historiens locaux mais aussi étudiants qui purent ainsi faire leur première expérience oratoire devant des spécialistes. Grâce à l’obligeance des Archives départementales, la Revue Recherches Régionales a fait état de ces travaux et y consacra même un numéro spécial sur “Fleurs et fruits”. Avec le CHTS*1 et les associations des Alpes-Maritimes L’Association a tenu également une part appréciée dans la liaison entre les différentes sociétés savantes du département dans la lignée du 121° Congrès National des Sociétés Historiques et Scientifiques tenue en octobre 1996 à Nice sous les auspices du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques du Ministère de l’Enseignement
Supérieur et de la Recherche. Le Lycée Albert Calmette accueillit ainsi les stands des sociétés savantes de l’ensemble des Alpes-Maritimes dont la qualité commune était de publier, de Saint-Vallier-de-Thiey à Antibes et de Menton à Villefranche-sur-Mer, périodiques et ouvrages dont la diffusion ne dépassait pas souvent hélas les limites de leur commune. Les congressistes venant de la France entière et de l’Europe purent faire connaissance avec ces recherches sur le Comté de Nice et la Provence orientale. Les visites guidées post-congrès permirent aux congressistes de découvrir avec intérêt les beautés et richesses trop souvent méconnues de notre département et en particulier de sa zone montagne.
L’ASPEAM co-organisa le premier Forum des Associations Historiques et Scientifiques des Alpes-Maritimes à Vallauris puis participa à ceux de Sospel, Grasse,
Villefranche.
Au plan national, en liaison confraternelle avec l’ Association Lou Savel de Villars-sur-Var, membre des Sociétés Savantes que préside également Mme Colette Bourrier-Reynaud, l’ASPEAM participa régulièrement aux Congrès du CTHS et incita à l’insertion des associations des Alpes-Maritimes dans l’annuaire des sociétés savantes de France.
Dès sa création, l’ASPEAM s’est donc attachée avec patience, et grâce aux aides reçues à mettre en oeuvre des actions correspondant à son objet. 1 Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (précédemment « Sociétés Savantes »).

Mars 2001 : un nouveau pas à franchir
Cette première phase ayant prouvé le bien fondé et l’intérêt des actions de l’ASPEAM, le conseil d’administration et l’assemblée générale du 23 Mars 2001 réfléchirent aux nouveaux moyens qu’il serait nécessaire de mettre en oeuvre. Des travaux dans les divers locaux qui avaient précédemment accueilli nos réunions et nos expositions, nous obligeaient à prendre en compte une réalité : nous ne pourrions plus en disposer dans les mois à venir. Par ailleurs, l’importance des travaux de gestion d’une association «au quotidien» ne permettait plus aux bénévoles du bureau de continuer à s’en acquitter comme ils l’auraient souhaité et la nécessité pour l’ASPEAM de pouvoir disposer d’un secrétariat doté d’un local autonome s’imposa.
A la demande du président Malaussena et des administrateurs, Mme le Docteur Colette Bourrier-Reynaud accepta alors la présidence de l’ASPEAM et, avec l’aide du
professeur Olivier Vernier comme secrétaire général et du professeur Marc Ortolani comme trésorier, s’employa à trouver les moyens nécessaires pour réaliser les objectifs retenus.
Ce ne fut pas oeuvre très aisée, mais la bonne volonté de tous et les aides ou subventions reçues, en particulier du Conseil général, de la Direction à l’insertion
locale, de la ville de Nice, du centre de gestion, de l’OPAM, de l’Etat qui nous attribua in extremis les financements indispensables pour recruter un emploi- jeune nous permettent aujourd’hui de vous donner l’adresse de nos bureaux où Catherine vous accueillera tous les jours du lundi au vendredi de 8h30 à midi et de 13h30 à 16h30.
Le secrétariat vient d’être ouvert le 2 janvier 2 003 et doté du matériel informatique de base indispensable. Il est facilement accessible de tout le département compte-tenu de son implantation au départ de la voie rapide à Saint-Augustin2 et nous permet de mettre à la disposition des membres de l’Association et de toutes les personnes intéressées par la sauvegarde des archives privées, le point de contact permanent nécessaire aux activités de l’association. Rappelons que, cette adresse étant celle de nos bureaux, le Siège de l’Association aux Archives Municipales reste quant à lui inchangé. La dernière assemblée générale du 17 mai 2002 s’est tenue aux Archives départementales. A cette occasion, et sous la conduite de Mme Sylvie De Galléani, l’assemblée générale a bénéficié de la visite commentée des ateliers de restauration des Archives Départementales. Le bureau et le conseil d’administration de l’ASPEAM ont mis en oeuvre depuis mars 2001 les actions retenues par les assemblées générales.

Réalisations 2001
Avril 2001 : l’ASPEAM co-organise la conférence et l’exposition mises en place avec l’Association historique de Vallauris « Manifestation historique du 5ème centenaire de la Charte d’habitation ». Olivier Vernier nous représente.
Avril 2001 : participation au 126ème congrès du CTHS à Toulouse avec présentation de communications3 par des membres de l’ASPEAM et exposition au Forum.
Mai 2001 : participation aux actions menées pour le Centenaire des Associations Loi de 1901. 2 ASPEAM Le Ferber escalier 5 Rez-de-chaussée 46 bis rue Auguste Pégurier Impasse Neptune 06200 Nice tél. 04 93 00 093

9 Avril 2001 : Méthodes de gestion de l’eau dans un village de montagne des Alpes-Maritimes (C. Bourrier-Reynaud), 12 avril 2001 En quête d’emploi, les itinéraires vers le sud d’un suédois et de sa lignée (c. Bourrier-Reynaud) , mercredi 11 avril 2001 Michel Bourrier, Sud contre sud, volontaires nationaux et barbets du comté de Nice.
Avril à septembre 2001 : Publication dans Recherches Régionales (n° 157 d’avril-juin et n°158 de juillet-septembre 2001) des communications présentées à l’initiative du comité local lors du 121ème Congrès National du CTHS qui s’était tenu à Nice du 26 au 31 Octobre 1996. Le comité national avait en effet décidé que les communications initiées par les comités locaux ne seraient plus publiées par ses soins.
13 octobre 2001 : Participation aux Assises niçoises du monde Associatif à Acropolis.
24 octobre 2001 : Participation au Rendez-vous des Association Niçoises à Acropolis sur le thème « Associations et Proximité ».
Novembre 2001 : Assemblée Générale de la Fédération historique de Provence à Istres. Nous sommes représentés par Olivier Vernier.
Décembre 2001 : Prêt, avec l’accord des Archives municipales, de reproductions et de documents de l’exposition « Hôtellerie» au Comité départemental d’histoire des administrations chargées du travail pour leur colloque sur l’histoire du temps de travail dans les Alpes-Maritimes, et la préparation d’un catalogue. L’Exposition « Hôtellerie » présentée par la Sauvegarde au siège de la Direction du travail et de l’emploi sera maintenue au-delà de la fin février 2002 sur demande de Mme Ghyslaine Villain, contrôleur du travail pour le comité organisateur.
Réalisations 2002
27 janvier 2002 : participation à Levens au Forum des Associations historiques et scientifiques des Alpes-Maritimes, avec un regard particulier sur le recensement des moulins du département.
Début 2002 : sur le conseil de Colette Bourrier-Reynaud, la famille de Roland Brois, architecte à Nice et membre fondateur de l’Association Lou Savel de Villars-sur- Var, fait don aux Archives départementales de toutes les archives et plans de cet architecte récemment décédé accidentellement.
20 au 25 avril 2002 : Participation au 127ème congrès du CTGHS à Nancy (C. Bourrier-Reynaud, Michel Bourrier sur le thème du travail et des hommes. Communication de Michel Bourrier le lundi 15 avril4
Le samedi 22 juin 2002, la journée d’étude annuelle et l’exposition furent groupées et portèrent sur le thème retenu par l’Assemblée Générale de « La sociabilité urbaine et rurale ».
Il est apparu intéressant, surtout autour de ce thème, de faire participer plus directement les communautés de la montagne dans notre réflexion. Cela nous incita à organiser ce colloque hors de Nice. La vallée de la Roya accepta de nous accueillir. Nous remercions à cette occasion M. Gilbert Mary, maire de Breil-sur-Roya, président de la Commission des Finances du Conseil général, président de l’Association départementale d’économie montagnarde de nous avoir reçus aussi aimablement le 22 juin 2002 dans sa commune. Son adjointe, Laure Pastore se chargea de toute l’organisation pratique et de la partie culturelle de l’après-midi. Une signature des ouvrages de l’éditeur breillois « Le Cabri » avait été prévue en fin de séance dans la salle de réunion du colloque. Un apéritif offert par la municipalité de Breil clôtura cette fructueuse matinée. Cela permit aux participants, après un très agréable repas dans un joli cadre, de visiter – avec un commentaire ô combien apprécié de Luc Thévenon-, L’Eglise Sancta Maria in Albis et le beau village ancien de Breil. Le temps nous ayant été favorable, nous gardons un agréable souvenir de cette journée, en rappelant que les conférenciers avaient captivé l’attention des participants du matin.  « Du métier au violon d’Ingres, deux siècles de travail du bois»
Fin juin 002 : le professeur Pastorelli incitait l’ASPEAM à réfléchir à la possibilité d’actions communes avec la commune de Breil et l’Université de Nice- Sophia-Antipolis dans le cadre d’un projet Interreg sur le tourisme culturel. S’il n’a pas été possible de s’insérer d’emblée dans cette action, l’idée demeure et nous réfléchirons avec Liliane Pastorelli et l’Assemblée Générale aux suites éventuelles que pourrait susciter ce projet.
Septembre 2002 : La présidente a pu, avec l’accord de la mairie de Villars-sur-Var, faire don aux Archives départementales, d’archives privées provenant d’une vieille maison du village en déshérence. Lors de sa vente, comme cela est fréquent, les archives d’un ancien préfet ont ainsi été jetées aux ordures. La perspicacité de Michel Ferreri, l’employé municipal qui en informa alors Colette Bourrier-Reynaud permit de les sauver, de les classer et d’en faire don aux Archives départementales. Les documents retrouvés ouvrent des perspectives intéressantes sur la vie niçoise au début de ce siècle et fera, nous l’espérons, l’objet d’une publication. L’amabilité de M. Lacroix nous permet de bénéficier de ce numéro de Recherches Régionales pour publier le rapport de la journée d’étude du 22 juin 2002 à Breil. Nous l’en remercions très sincèrement au nom de l’ASPEAM. 8 octobre 2002 La présidente a participé pour l’ASPEAM à la journée d’étude organisée à Paris par le CTHS sur le thème de L’Edition savante,du droit d’auteur à la diffusion .
Le 30 novembre 2002 l’ASPEAM était présente au 6ème rendez-vous des associations niçoises, organisé au Palais des expositions d’Acropolis sur le thème « Associations et projets d’intérêt collectif. Ce stand, partagé avec l’association Lou Savel a été animé pour l’ASPEAM par la présidente aidée de Dominique Demangel.
Le dimanche 2 février 2003, la présidente et le secrétaire général tenaient au Cannet un stand commun avec l’Association Lou Savel à l’occasion du Forum des Associations Historiques et Scientifiques des Alpes-Maritimes où étaient représentées dix-neuf associations du département. Nous avons eu l’honneur et le plaisir de voir notre stand illustrer la photo de Nice-Matin (édition de Cannes) du lundi 3 février.
Outre ces réalisations, les réunions régulières du bureau, le montage des dossiers de subventions et le suivi administratif nécessaire de plus en plus complexe demandent aux bénévoles qui animent l’association un engagement et une disponibilité permanents.
En vous remerciant de l’attention que vous aurez pu apporter à cette présentation de l’ASPEAM nous espérons que certains d’entre vous pourront se
joindre à nous pour continuer et parfaire l’action entreprise.
Pour le moment, nous vous souhaitons une bonne lecture des communications sur « La sociabilité urbaine et rurale » et vous invitons à réfléchir, puis à participer
avec nous à la prochaine journée d’étude qui aura lieu en principe fin juin ou début juillet, et de préférence dans un village de montagne, sur le thème de « La santé ».
Vous allez donc trouver ci-après les communications de Mme Muriel Verani et de MM. Yves Hivert-Messeca et Bruno.Fulconis. La communication de M. Luc Thévenon «Les Confréries de Pénitents dans la Roya » s’appuyant sur une riche iconographie qu’il aurait été difficile de reproduire dans ces colonnes, celui-ci nous a invités à renvoyer les lecteurs de Recherches Régionales au numéro de Nice-Historique dans lequel il avait longuement traité cette question

Comments Off on Connaissez-vous l’ASPEAM ?